Exercices FLE gratuits

Grammaire Française


level Expert

Les valeurs d'emploi des temps simples de l'indicatif


La leçon

L' indicatif (du latin indicativus, « qui indique, désigne ») est considéré comme le mode de l'expression de la réalité. Il s'emploie dans les phrases énonciatives, interrogatives et exclamatives. C'est un mode personnel et temporel et le mode le plus riche en tiroirs verbaux. Il en comporte dix : cinq formes simples (le présent, l’imparfait, le passé simple, le futur simple et le conditionnel présent*) et les cinq formes composées qui leur correspondent (le passé composé, le plus-que-parfait, le passé antérieur, le futur antérieur et le conditionnel passé*).

L’indicatif est le seul mode apte à amener immédiatement le procès dans la chronologie et le seul mode à discriminer les trois époques : passé-présent-futur. Ses tiroirs verbaux portent deux types d'information : des informations concernant la valeur temporelle du verbe et des informations concernant l'aspect. Ils peuvent aussi avoir des valeurs modales et des emplois stylistiques.

On vise à mener une étude sur les différentes valeurs d'emploi des temps simples de l'indicatif en suivant le schéma ci-dessous :

I. VALEURS DE BASE

1. Valeurs temporelles : La valeur temporelle donne des informations concernant l'inscription de l'action dans une époque de la chronologie. Elle indique la position de l'événement décrit par le verbe par rapport au moment de l'énonciation. On oppose le discours au récit.

2. Valeurs aspectuelles : Elles indiquent à quel point de son déroulement en est le procès à une date donnée, en d'autres termes, comment le procès est perçu dans son déroulement interne.

On distingue : a) L'aspect sécant, non limitatif : on n'envisage pas les limites d'un événement, il traduit l’action en cours : Elle marchait seule dans la rue chantant.

b) L'aspect global, non sécant, limitatif : l’aspect exprime le procès dans sa totalité, il est envisagé avec ses deux limites : Il neigea tout le weekend.

c) L'aspect inaccompli : le procès n’est pas achevé, il est en cours de déroulement. Les formes simples indiquent généralement un aspect inaccompli (Je travaille, Je travaillais).

d) L'aspect accompli : le procès est montré comme achevé et il est envisagé à partir de sa fin. Les formes composées indiquent généralement un aspect accompli (J'ai travaillé, J'avais travaillé).

II. VALEURS PARTICULIÈRES

1. Valeurs modales : Les temps verbaux de l'indicatif peuvent être employés avec des valeurs modales (probabilité, hypothèse, atténuation). Dans ce cas, ils ne situent pas le procès sur un axe chronologique : Si le professeur était* absent, nous n'aurions pas de devoirs ce weekend. *L'imparfait ici n'est pas utilisé pour situer le procès "était" dans une chronologie; le temps n'a pas sa valeur de base, il s'agit d'une action hypothétique.

2. Valeurs stylistiques : Le verbe n'est pas conjugué à la forme normalement attendue, il s'agit d' un emploi volontaire d'un temps avec une valeur inhabituelle : Marcel Proust reçoit en 1919 le prix Goncourt pour "À l’ombre des jeunes filles en fleurs". Le temps attendu ici est le passé simple ou le passé composé; le recours au présent témoigne d'un souci d'expressivité. C'est un emploi stylistique du présent.

Et maintenant, en embrassant les trois époques, présent-passé-futur, on s'attachera à illustrer les différentes valeurs d'emploi de chacun des temps de l'indicatif. En même temps des exercices d'approfondissement sont proposés. (Niveau C1)


Exercice n°1

Aide : Le présent peut servir à exprimer des notions très différentes :

I. Le Présent

Le présent de l’indicatif est au centre du système verbal : les autres temps se forment à partir de sa morphologie. C'est la forme la plus usitée en français.

I. VALEURS DE BASE

1. Valeurs temporelles

A) Contemporanéité entre le point de l'énonciation et le point de l'événement.

A1) Contemporanéité entre le point de l'énonciation et le point de l'événement, au sens strict, contemporanéité absolue (*emploi rare) :

Le présent momentané ou instantané : Le présent évoque un événement qui a vraiment lieu en même temps que l'acte d'énonciation lui-même. Cela concerne les verbes performatifs (dire, promettre, jurer, baptiser, remercier...) et les verbes perfectifs (naître, mourir, fermer, sortir, préparer, trouver...).

Je déclare la séance ouverte.

A2) Contemporanéité entre le point de l'énonciation et le point de l'événement, au sens large :

Le présent actuel ou étendu : le présent envoie au moment de l'énonciation mais il le dépasse : Il pleut depuis quatre jours.

B) La valeur omnitemporelle : le présent s'applique à une période qui embrasse les trois époques : présent-passé-futur :

B1) Le présent d'habitude : lorsque l’action se répète, valeur itérative : Il se lève tous les jours à sept heures.

B2) Le présent gnomique ou de vérité générale : on le rencontre dans la formulation de vérités générales, dans des proverbes, des dictons, des maximes : Petit à petit l’oiseau fait son nid.

C) Le présent peut être employé pour évoquer un événement passé ou futur :

C1) Le présent égressif : décalage vers le passé, valeur de passé récent : Elle vient de sortir.

C2) Le présent d' imminence : décalage vers l'avenir, valeur de futur proche : J'arrive dans cinq minutes.

2. Valeurs aspectuelles :

Le présent est d'aspect inaccompli et sécant : on n'envisage pas les limites d'un événement, le procès est envisagé en cours d'accomplissement.

II. VALEURS PARTICULIÈRES

1. Valeurs modales

a) La modalité jussive : le présent sert à donner un ordre, un conseil ou à exprimer une volonté : Vous prenez vos affaires et vous quittez la salle !

b) Le système hypothétique : le présent marque l'éventualité : S'il fait beau, nous visiterons le musée.

2. Valeurs stylistiques :

a) Le présent de narration ou présent historique : le présent intervient dans un récit au passé, il s'emploie pour évoquer un événement passé : En 1789, le peuple de Paris prend la prison de la Bastille.

Repérez la valeur des verbes au présent dans les phrases suivantes :


Question n°1

1. Tout à coup mon oreille est frappée des sons que le vent m' apporte du milieu du lac. J' écoute, et je distingue les accents d' une voix humaine. (Chateaubriand, Les Martyrs)

Corriger la question

Question n°2

2. Je vous déclare mari et femme.

Corriger la question

Question n°3

3. Le fantôme le regarda fixement, versa des larmes, et sauta à son cou. Candide, effrayé, recule. (Voltaire)

Corriger la question

Question n°4

4. Elle travaille depuis plusieurs heures.

Corriger la question

Question n°5

5. Toutes les fins de semaine, on se rend au village en voiture.

Corriger la question

Question n°6

6. Goutte à goutte on emplit la cuve.

Corriger la question

Question n°7

7. Les enfants rentrent tout juste de l'école.

Corriger la question

Question n°8

8. Dans une heure au plus tard je reviens en ce lieu. (Pierre Corneille)

Corriger la question

Question n°9

9. Vous vous arrêtez aux songes d'une femme ! (Pierre Corneille)

Corriger la question

Question n°10

10. Les bons comptes font les bons amis.

Corriger la question

 


Exercice n°2

Aide : Le passé :

II. Les temps simples du passé : l'imparfait et le passé simple.

II / A : L' imparfait

L’imparfait de l’indicatif est apte à rendre compte d’un fait situé dans le passé, d'une action dans son déroulement. Il indique que l’événement n’appartient plus à l’actualité de l’énonciateur.

       I. VALEURS DE BASE

1. Valeurs temporelles :

Le présent dans le passé : l'imparfait exprime une action en cours dans le passé, un fait non achevé (imparfait), que ce soit dans le récit ou dans le discours.

A). Dans le récit, on le trouve en alternance avec le passé simple :

A1) L'imparfait de l’arrière-plan ou de l'action secondaire : il s'applique à des procès secondaires d'arrière plan, contrairement au passé simple qui est réservé à l'évocation des événements de premier plan. : Toute la salle fut émue et les tribunes pleuraient. (Michelet, Histoire de la Révolution française)

A2) L'imparfait renvoie à un procès dont le déroulement est interrompu par un procès au passé simple : Nous étions à l'étude quand le Proviseur entra. (Flaubert - Madame Bovary)

A3) L'imparfait descriptif : il est utilisé dans les descriptions, il pose le décor : Au milieu du château s’élevait une forte et haute tour ; une solide barbacane commandait le débouché de la rivière, où les eaux se mêlaient tumultueusement à celles de la mer, et les vagues venaient se briser contre le mur. ( Chrétien de Troyes, Perceval le Gallois.)

B) L'imparfait d'habitude : l'imparfait peut avoir une valeur itérative, il marque alors la répétition dans le passé : Il m'appelait tous les jours à six heures.

C) L'imparfait peut servir à l'expression de la parole de l'autre : 

L'imparfait de concordance : il sert dans un texte au passé à transposer au discours indirect ou indirect libre les paroles d'un locuteur. Marie a déclaré : « Je veux voyager en France ».

Marie a déclaré qu’elle voulait voyager en France.

Au discours indirect libre : Marie a pris la parole. Elle voulait voyager en France.

2. Valeurs aspectuelles :

L'imparfait est d'aspect inaccompli et sécant. Il montre un événement dont on ne voit ni le début ni la fin.

II. VALEURS PARTICULIÈRES

1. Valeurs modales

A) L'imparfait en système hypothétique :

Dans une une subordonnée introduite par "si", l'imparfait marque le potentiel ou l'irréel du présent.

Si j'étais riche, je voyagerais autour du monde.

B) Hors système hypothétique :

B1) L'imparfait d'atténuation ou de politesse : il est utilisé pour présenter une demande polie ou des excuses sur un ton modeste : Je voulais un petit renseignement.

B2) L'imparfait hypocoristique : il peut être utilisé dans les formes affectives : Comme il était mignon ce bébé !

B3) L'imparfait d'imminence contrariée: il sert à décrire un procès perçu comme imminent mais qui ne s'est pas réalisé, on attend un conditionnel passé : Une minute de plus et ce garçon se noyait.

2. Valeurs stylistiques :

A) L'imparfait historique : il se fonde sur une datation précise, avec l’imparfait au lieu de passé simple ou de passé composé, l'événement prend plus d’ampleur : Le 5 septembre 1870, après la défaite de Sedan, Victor Hugo rentrait en France après dix-neuf années d’exil.

II / B : Le passé simple

C'est un temps exclusivement du récit, sans autre valeur que temporelle. Il exprime un fait situé dans un passé révolu, sans lien avec le moment de l’énonciation. Le passé simple est un temps réservé plutôt à l'usage écrit, essentiellement littéraire.

I. VALEURS DE BASE

1. Valeurs temporelles :

A) Temps du récit : employé seul le passé simple présente une suite linéaire d'actions, coupées de la situation d'énonciation, il est apte à construire une chronologie événementielle : Il tapota le tableau de distribution électrique, toucha les contacts un à un, remua un peu, s'adossa mieux, et chercha la meilleure position pour bien sentir les balancements de cinq tonnes de métal qu'une nuit mouvante épaulait. (Antoine de Saint Exupéry, Vol de nuit)


B) Valeur itérative : Seul ou avec l'imparfait, le passé simple peut évoquer la répétition dans le passé, sans effet sur le présent : Cent fois, dans mes rêveries, je vous vis prendre le voile, je vous entendis me dire adieu, et je ne pleurai point. (Louis Veuillot)

C) Le passé simple gnomique : Le passé simple peut exprimer une vérité générale (*emploi rare) :

Qui ne sait se borner ne sut jamais écrire. (Boileau)

Reprenez vos esprits et souvenez-vous bien

Qu’un dîner réchauffé ne valut jamais rien ! (Boileau)

2. Valeurs aspectuelles :

Le passé simple est d'aspect inaccompli et global.



Question n°1

Une erreur est intervenue lors de la génération du texte lacunaire.
Erreur n°2 : Le texte ne contient pas le mot recherché (le mot est "avait").


Corriger la question

 

Exercice n°3

Aide : Le futur :

III. Les temps simples du futur : le futur simple et le conditionnel présent.

III / A : Le futur simple

Il évoque l’avenir conçu à partir du moment de l’énonciation. Le morphème discriminant du futur est l'élément "r".

I. VALEURS DE BASE

1. Valeurs temporelles

A) Le futur catégorique : il sert à situer un procès dans l’avenir. Il s'appelle catégorique parce que la part d'hypothèse est minimale : Nous irons au cinéma ce soir.

B) Le futur itératif : l'événement dénoté par le verbe est amené à être répété : Désormais je travaillerai comme entrepreneur indépendant.

C) Le futur gnomique : Jamais d'un mal aucun bien ne sortira.

2. Valeurs aspectuelles :

Le futur est d'aspect inaccompli et global.

II. VALEURS PARTICULIÈRES

1. Valeurs modales

A) Le futur conjectural : une hypothèse est émise par l'énonciateur : Elle n'est toujours pas là, elle sera en train de déjeuner.

B) Le futur d'atténuation ou de politesse : Cela vous fera dix euros.

C) Le futur jussif : le futur simple peut avoir une valeur injonctive, il peut marquer toutes les nuances de l'injonction : demande, invitation, ordre, conseil, suggestion... : C'est Paul qui sera cuisinier et Pierre l'aidera. Pour la vaisselle, vous vous y mettez tous. (Maurice Genevoix)

2. Valeurs stylistiques

A) Le futur historique : on se réfère à un moment du passé mais le fait est envisagé comme étant encore à venir : Paul Éluard épouse Gala en 1917. Elle sera la première inspiratrice de sa poésie et elle aura sur sa carrière poétique une influence déterminante.



Question n°1

À chaque phrase associez la valeur correspondante du futur simple suivant le contexte.

Elle ira à la piscine le samedi.

Le futur itératif

Rira bien qui rira le dernier.

Le futur gnomique

Homme libre, toujours tu chériras la mer ! (Baudelaire)

Le futur gnomique

Il est parti il y a une heure, il n'est toujours pas là ? Il se perdra encore !

Le futur conjectural

Vous me permettrez une remarque.

Le futur d'atténuation

Tu ne m'en voudras pas, je l'espère, mais je dois partir.

Le futur jussif

En 1928, Paul Éluard malade, il repart dans un sanatorium avec Gala, où ils passeront leur dernier hiver ensemble.

Le futur historique

En 1985, ouvrant un magasin en province, la Fnac choisira comme publicité une photographie de Proust et ce texte: « Salut Marcel. Bienvenue à la Fnac et à sa nouvelle librairie. »

Le futur historique

Je vous le rappelle : les règles de sécurité seront obéies !

Le futur jussif

Veux-tu avoir des ailes ? Mais tu n’auras plus de bras ; tu ne seras plus une vraie fille d’en bas. (Paul Eluard, Grain-d’Aile)

Le futur catégorique

 

Exercice n°4

Aide : *Tantôt considéré comme un temps, tantôt comme un mode, le conditionnel est plutôt rangé aujourd’hui parmi les temps de l’indicatif.

III. Les temps simples du futur : le futur simple et le conditionnel présent.

III / B : Le conditionnel présent

 Le conditionnel présent marque un fait futur par rapport à un moment passé.

I. VALEURS DE BASE

1. Valeurs temporelles

A) Le futur du passé : la valeur temporelle du conditionnel est celle du futur à partir du passé. Il marque un fait futur par rapport à un moment passé. On a besoin d'une indication explicite du passé :

A1) Discours Indirect : dans un système de subordination : Il m'a dit que vous viendriez me voir ce samedi.

A2) Discours Indirect Libre : dans une indépendante : Après avoir réfléchi un peu, elle a pris la parole. Elle viendrait nous voir sans doute.

II. VALEURS PARTICULIÈRES

1. Valeurs modales

A) Dans des systèmes hypothétiques :

A1) En proposition principale pour exprimer :

i) le potentiel (le locuteur considère le procès comme réalisable, mais non certain, soumis à une condition) : S'il faisait beau, nous nous offririons une belle promenade à la montagne.

ii) l'irréel du présent (le locuteur exprime un procès possible, mais qui ne peut pas ou n'a pas pu se réaliser) : S'il ne pleuvait pas, nous nous offririons une belle promenade à la montagne.

A2) En proposition subordonnée :

i) Avec des conjonctions qui acceptent le conditionnel :

Au cas où je serais en retard, partez sans moi.

ii) Dans des structures paratactiques ou des structures de subordination inverse :

Viendrait-il me supplier, je ne lui parlerais pas.

B) Dans divers emplois hors de tout système hypothétique pour formuler :

B1) Une demande atténuée : Vous devriez nous accorder quelques minutes.

B2) Une opinion illusoire : On se croirait sur Mars !

B3) Une éventualité : Serait-il malade?

B4) Une incertitude : Il y aurait deux morts et une quarantaine de blessés suite à l'attentat d'hier soir.

B5) L'imaginaire : Voyager autour du monde... Cela serait magique !

Vérifiez que la valeur repérée des verbes au conditionnel présent est correcte :


Question n°1

Proposition Vrai Faux
Je pensais qu'il me dirait la vérité. (Le futur du passé)
Corriger la question

Question n°2

Proposition Vrai Faux
Si tu voulais m'aider, ce serait plus facile pour moi. (Une opinion illusoire)
Corriger la question

Question n°3

Proposition Vrai Faux
Mais tu es toujours fatigué ! Si tu faisais du sport, tu serais plus souple et tu aurais plus d'énergie. (L'irréel du présent)
Corriger la question

Question n°4

Proposition Vrai Faux
Voudriez-vous me suivre? (Une incertitude)
Corriger la question

Question n°5

Proposition Vrai Faux
On se croirait sur une île ! (Une opinion illusoire)
Corriger la question

Question n°6

Proposition Vrai Faux
J'aimerais bien un petit café. (Une éventualité)
Corriger la question

Question n°7

Proposition Vrai Faux
On dirait un miracle ! (Une éventualité)
Corriger la question

Question n°8

Proposition Vrai Faux
Le nombre des étudiants à la réunion approcherait les cinq cents. (Atténuation, politesse)
Corriger la question

Question n°9

Proposition Vrai Faux
Viendrait-il me voir? (L'irréel du présent)
Corriger la question

Question n°10

Proposition Vrai Faux
Tu serais mon prince. (L'imaginaire)
Corriger la question

 

Auteur de l'exercice :



Ermina Kesisoglou


Contributrice

Grèce
Ermina Kesisoglou - Université Paris Sorbonne - Paris IV : "LETTRES CLASSIQUES ET MODERNES, SCIENCES DU LANGAGE"

Licence Creative Commons Cette ressource est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution
Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Exercices sur le même thème

N° 39 - 2493 Grammaire Française / Expert level

» Macunaíma - “Le héros sans aucun caractère”

Découvrez une histoire indigène et exercez-vous grâce à ce méli-mélo d'exercices de révisions de la langue française.

Commencer
N° 14 - 145 Grammaire Française / Expert level

» Les suffixes B2

Il va falloir identifier toutes les formes de suffixes pour assimiler cette notion et faire preuve de positivisme... Bon courage !!!

Commencer
N° 3 - 886 Grammaire Française / Expert level

» Analyse des propositions subordonnées

Comment reconnaître les propositions subordonnées? Comment les identifier? On vous invite à un rappel synthétique des points grammaticaux et des noti...

Commencer



Laissez votre commentaire web 2.0



 Commentaires