Exercices FLE gratuits

Compréhension Niveau Avancé

level
Ajouté le : 23 Oct 2012

Exercice de compréhension : Je tchatche, tu tchatches...



La Leçon

je-tchatche.jpg

"Tchatcher molière man, c’est la laserie grave ! ".

Vous n’avez rien compris ? Traduction du "céfran" en français standard : "Parler français (la langue de Molière), c’est nul ! ".

Cette nouvelle forme du "tchatcher" contemporain évolue si vite que les dictionnaires et les études linguistiques peinent à suivre le mouvement. Le "français des jeunes", qui naît très souvent dans les banlieues, plaît à l’évidence, et pas seulement aux jeunes. Beaucoup d’expressions sont récupérées par les médias, les publicitaires, les marques commerciales, et aussi par les autres générations (phénomène nouveau).

Mais attention, si vous dites encore "nase" pour "nul", vous êtes "ouf" (fou). On ne fume plus une "clope" mais une "nuigrave" (de l’inscription "nuit gravement à la santé" qui figure sur les paquets de cigarettes). Cette inventivité passionne les linguistes, adeptes ou détracteurs, même si beaucoup de ces mots "branchés" ne s’utiliseront plus dans quelques années, voire quelques mois.

Le "verlan" est un langage codé qui consiste à inverser les syllabes (à l’envers, c’est donc verlan). Mais, à peine digéré le fameux "laisse béton !", cette technique a été une nouvelle fois "verlanisée" : la femme est d’abord devenue une "meuf", pour être aujourd’hui une "feume" ; la mère, qui s’appelait une "reum", est maintenant une "meure".

Dans le parler jeune (en verlan ou non, car les autres formes de langage sont pléthoriques), les emprunts ne se comptent plus : citons l’arabe dans "zarma", pour "ma parole !" ; les parlers régionaux, comme dans "un mia", pour "un beau gars, à la mode" de Marseille ; et même l’argot classique, avec "oseille" pour "argent". Les métaphores sont souvent criantes de vérité : un "findus" ou un "fax" est une fille maigre et sans poitrine… 

Depuis peu, un métalangage fait des ravages … Loin du jargon des banlieues, ce langage des centres villes branchés s’appuie sur le verlan, mais fait surtout appel aux anglicismes (l’anglais est "hyperin") et à une prononciation anglaise approximative, où le "y" se prononce "aille" : "no soucy !" [no souçaille] pour "pas de problème !". Il faut absolument être "fashion", "hypercool" et même "flashy" ! 

Quoi qu’il en soit, ces formes de langage permettent d’afficher une appartenance à un groupe, à un milieu, et d’affirmer sa différence (surtout ne pas faire partie de "la masse" !). Création collective, signe de reconnaissance et de connivence communautaire, mais aussi jeu avec et sur la langue. Ce "céfran" au caractère éphémère laissera tout de même des traces qui s’intégreront, avec le temps, dans notre français standard.

Références : " Le dico du français qui se cause " Pierre Merle (éditions Milan) " Comment tu tchatches ! " Jean Pierre Guadailler (Maisonneuve et Larose)




Commençons les exercices

Exercice n° 1

Répondez aux cinq questions suivantes.

Essayez de trouver la signification des termes qui suivent : Un KEUF, c'est :

TROMÉ veut dire :

Un REBEU, c'est :

Un RELOU, c'est :

Un BOUFFON, c'est :

Exercice n° 2

Répondez aux cinq questions suivantes.

ÇA TAPE veut dire :

ÊTRE SUPER UPSET signifie :

CETTE BELETTE EST LIMITE CRIMINELLE veut dire :

JE LE TRUSTE PAS, IL M'A PAS CARÉ DE LA RÉSOI signifie :

Auteur de l'exercice


Patricia

Natura Auvergne


Conceptrice / coordinatrice pédagogique

France -
Gestionnaire de communauté, page Facebook - Bonjour de France - Azurlingua - France. "Animer ce lieu d'échanges et de rencontres autour de la langue française est un bonheur, chaque jour."


Laissez votre commentaire web 2.0

Chargement en cours de Google+ Commentaires...