Exercices FLE gratuits

Formations pour professeurs


level Expert

Nouvelles approches pédagogiques (formation)


La leçon

Étude de cas (observé en cours)

Niveaux : A1

Contexte : les étudiants ont environ 40-50 heures d’apprentissage. Ils savent : 

  • se présenter (prénom, âge, ce qu’ils font dans la vie)
  • parler simplement de leur lieu de vie (où ils habitent, comment c’est)
  • parler de leurs goûts (« J’aime… », « Je n’aime pas… »)
  • dire ce qu’ils aiment faire ou pas
  • demander une autorisation (« Je peux… ? ») et expliquer ce qu’ils peuvent faire ou pas.

Activité langagière pratiquée : interaction orale

Méthode mise en place par l’enseignant : interrogative, active, directe (l’enseignant interroge des étudiants directement en français pour les amener à s’approprier l’objectif communicatif)

Exemple de ce que l'apprenant doit savoir dire à la fin du cours : "J'habite dans une maison, avec mon père, ma mère et mon frère. Mon frère s'appelle Lucas et il a douze ans. Nous avons un chien : il s'appelle Médor, il a trois ans".


Exercice n°1 : Activité 1

Aide : Relisez l'exemple de ce que l'apprenant doit savoir dire à la fin du cours. D'après vous, quel est le tableau des contenus à enseigner ?

"J'habite dans une maison, avec mon père, ma mère et mon frère. Mon frère s'appelle Lucas et il a douze ans. Nous avons un chien : il s'appelle Médor, il a trois ans"


 


Exercice n°2 : Activité 2

Aide : Lisez la situation d'enseignement/apprentissage. Puis, cliquez sur la réponse qui vous semble juste.

Description de la situation :

Après avoir amené les apprenants à expliquer avec qui ils vivaient, l’enseignant souhaite aborder le champ lexical des animaux domestiques et interroge un étudiant plus doué pour commencer. Voici la retranscription de l’échange :

- Enseignant : Dis, (prénom) ?

- Étudiant : Oui ?

- Enseignant : Tu as un chat ? 

- Étudiant : Oui, j’ai un chat.


Question n°1

Choisissez la bonne réponse. D'après vous...

Corriger la question

 

Exercice n°3 : Explications

Aide : Voici ce qu'il fallait répondre :

Bonne réponse : 

- Au niveau A1, l'étudiant n'est pas supposé aborder la pronominalisation. D'après les référentiels du Conseil de l'Europe, le pronom en est vu au niveau B1.

L’étudiant se contente de répondre à la demande d’information mais ignore qu’en français, il convient d’intégrer au moins un élément supplémentaire dans sa réponse. En conséquence, il conviendrait par exemple de répondre : « Oui, j’ai un chat ; il s’appelle Garfield. Il a 3 ans » ou « Non, je n’ai pas de chat. Je ne peux pas… j’habite dans un appartement ».


Explications :

- Un problème a été constaté lors d’observations de classe. Souvent, les grands débutants sont focalisés sur un objectif à court terme, qui est celui du cours – ils se contentent de suivre les directives de l’enseignant ou du manuel –, et ne réinvestissent pas les compétences acquises lors des cours précédents. Ils ne semblent pas faire le lien entre ce qui a été appris et ce qui est en train de l’être.

- De plus, dans les échanges avec l’enseignant, il n’est pas aisé pour l’étudiant de répondre à une question en développant des arguments et de la relancer à son interlocuteur, d’autant plus que l’interaction se déroule au départ devant le groupe-classe et que le risque d’erreur est grand.

Ainsi, à la question : « Vous avez un animal domestique ? », bien des apprenants répondent : « Non » ou « Non, je n’ai pas d’animal », ce qui est correct d’un point de vue linguistique, mais qui, en français, gêne la communication car souvent, un locuteur natif expliciterait sa réponse en apportant des précisions. En effet, généralement, se contenter d’une réponse courte constitue une entorse au code de la communication en français qui peut-être interprétée comme un refus de communiquer avec son interlocuteur.

Le travail de l’enseignant consistera donc à favoriser le transfert de connaissances mais aussi à aider les apprenants à ce qu’ils développent une compétence sociolinguistique et pragmatique en français, c’est-à-dire qu’ils apprennent à élaborer un discours articulé qui s’adapte à la nature de l’échange.


Question n°1

Tâche : Vous souhaitez que vos étudiants répondent à vos questions en ajoutant une information personnelle. Toutefois, lorsque vous leur demandez : « Et toi, tu as un animal domestique ? », ils se contentent d’une réponse minimaliste, répondant « oui » ou « oui, j’ai un animal domestique ». Vous voulez éviter de donner des explications de manière magistrale dans la langue des étudiants car vous voulez privilégier leur participation active. Que faites-vous ?

Corriger la question

 

Auteur de l'exercice :



Gaël Crépieux


Contributeur

France
Responsable pédagogique à l’école Azurlingua depuis 2015, Gaël Crépieux a enseigné le français pendant 12 ans dans des contextes variés (lycées anglais, The American School in Japan, universités et l’Institut français de Tokyo) avant d’être Directeur pédagogique à l’Alliance française de Chicago de 2010 à 2014. Il est intervenu en tant que formateur pour le réseau culturel français (au Japon et aux États-Unis) ou encore auprès de professeurs de français en lycée et universités à l’étranger. Dans le cadre de la formation universitaire, il a coordonné le module « Pratiques de classe » d’un DUFLE au Japon et aux États-Unis. Il a enfin animé pour le CIEP des formations de correcteurs-examinateurs du DELF-DALF pendant 3 ans aux États-Unis.Titulaire d’un Master de recherche en didactique du FLE, il est aussi co-auteur de Spirale (méthode de français pour débutants japonais), Hachette, 2006 et de Interactions (niveaux A1.1, A1.2, A2), CLÉ International, 2013.

Licence Creative Commons Cette ressource est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution
Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.


Laissez votre commentaire web 2.0



 Commencer  Commentaires