Exercices FLE gratuits

Grammaire Française


level Expert

Le subjonctif imparfait, niveau C1


La leçon

Ahh !!!! La musique si caractéristique du Subjonctif … Au présent, à l’imparfait, au plus-que-parfait, au passé antérieur...

Hé non !! Le subjonctif ne se limite pas au présent !!

(cf. notre leçon sur le passé antérieur)

Mais aujourd’hui, concentrons-nous sur …

Le subjonctif imparfait

Bien sûr, nous nous intéresserons au Subjonctif Imparfait, non seulement sous son aspect théorique, mais également comme « porte ouverte » sur la littérature française, classique et contemporaine

Nous verrons tout d’abord I°) sa construction, puis 2°) ses différentes valeurs d’utilisation et de concordance des temps et pour terminer nous analyserons un extrait d'une oeuvre contemporaine l'utilisant.

I°) Construction

La « recette » du Subjonctif Imparfait

  1. Sur la base du Passé simple de l'indicatif deuxième personne du singulier

Ex verbe Venir = « Tu vins »

      2.  Eliminez le « s » final

"Tu vin..."

      3.   Ajoutez les terminaisons suivantes :

-sse, -sses, -^t, -ssions, -ssiez, -ssent

      4.  Résultat ?

Que je vinsse
  tu vinsses
Qu' il vînt
  nous vinssions
  vous vinssiez
Qu' ils vinssent

 

        

  

                 

                

 

 

 

Attention néanmoins à certains verbes comme « Prier ». Au passé simple « Tu prias ».

Au Subjonctif Imparfait:

Que je priasse
  tu priasses
Qu' il priât
  nous priassions
  vous priassiez
Qu' elles priassent

 

          

   

                  

               

 

 

 

À ne pas confondre avec le verbe « Prendre ». Passé simple « Tu pris »

Que je prisse
  tu prisses
Qu' il prît
  nous prissions
  vous prissiez
Qu' elles prissent

 

 

 

 

 

 

 

 

En cas de doute, reportez-vous au conjugueur de Bonjour de France.

 

2°) Différentes valeurs d’utilisation et concordance des temps

Précisons tout d'abord que les usages ci-dessous ne concernent que la langue écrite et surtout littéraire...

       I. Après un verbe principal au présent, on trouve un Subjonctif Imparfait pour exprimer un fait possible ou soumis à une condition (il est l’équivalent du conditionnel dans la langue standard)

" Existe-il dans cette salle un seul spectateur qui osât monter sur scène " ? C-à-dire "qui oserait (conditionnel présent) monter sur scène" 

Le fait est possible mais soumis à une condition: ici, il s'agit du courage du spectateur

       II. Le Subjonctif Imparfait peut être utilisé avec une valeur de conditionnel lorsque la construction de la phrase interdit l’emploi de ce dernier

Exemple : Le verbe « craindre » n’autorise pas l’usage du conditionnel présent, donc…

 On craint que la guerre, si elle éclatait, n’entraînât des maux incalculables (Littré)

      III.Subjonctif Imparfait au lieu du Conditionnel Présent dans la langue soutenue dans une phrase subordonnée équivalent à une proposition commençant par "même si"

Ex : Je n’accepterais pas, fût-ce pour un empire

c-à-d « même si c’était pour un empire »

Je ne viendrais pas, ne fût-ce que pour lui faire faire plaisir

c-à-d « même si c’était seulement pour lui faire plaisir »

      IV. Avec un verbe principal au passé, on emploie l’imparfait du subjonctif quand un fait est simultané ou postérieur par rapport au verbe principal

« Le hasard voulut que ce dimanche-là, un petit poisson s’accrochât au bout de sa ligne »

(George Simenon :" La vérité sur Bébé " Donge 1942)

 

Mais, contrairement à l’idée reçue, l’Imparfait du subjonctif n’est pas mort ni complètement tombé en désuétude !! De nombreux auteurs modernes et contemporains continuent à l’utiliser ;

En voici une illustration :

 " Dans la solitude des champs de coton ", Bernard Marie Koltès 1985

« Il aurait d'ailleurs fallu que l'obscurité fût plus épaisse encore, et que je ne puisse rien apercevoir de votre visage; alors j'aurais, peut-être, pu me tromper sur la légitimité de votre présence et de l'écart qui s'accommodât au vôtre; mais quelle obscurité serait assez épaisse pour vous faire paraître moins obscur qu'elle? »

(Ici l’auteur respecte l'usage défini en IV.)

Vous remarquerez néanmoins la présence d’un subjonctif présent "que je ne puisse" qui aurait selon la règle dû être un « que je ne pusse… »

Montrant ainsi que la langue littéraire contemporaine « s’arrange » avec certaines des structures les plus soutenues.

L’auteur a-t-il voulu signifier quelque chose par ce retour au subjonctif présent ? Aura-t-il été guidé par une certaine musique de la langue, pour un texte essentiellement destiné à l'oralité ?

À vous de lire le texte et de vous prononcer…

 

En conclusion...

l’Imparfait du Subjonctif reste bien sûr presque totalement absent de la langue courante et orale mais son usage assez « lourd » lui assure parfois un usage tirant vers l’ironie, voire le sarcasme sous forme d’hypercorrectisme.

Hé oui ! On peut aussi faire de l’humour avec le Subjonctif Imparfait !

Il fallait que vous le « sussiez » !!

(Jeu sur l’homophonie entre les verbes Savoir au Subjonctif Imparfait et Sucer dont la 2ième personne pluriel de l’Imparfait de l’Indicatif et du Subjonctif Présent se conjugue de manière similaire « Vous suciez »  )

Sources: Grammaire Grévisse & Goose (entre autres...)

Et comme toute leçon doit s'accompagner d'un exercice, noubliez pas de faire celui qui vous est proposé ci-dessous; vous découvrirez ainsi un texte de littérature française classique ... entièrement écrit au Subjonctif Imparfait!!


Exercice n°1

Aide : Ce texte a été modifié pour l’exercice : pour retrouver le texte original, remplacez tous les verbes au subjonctif présent par des verbes au Subjonctif Imparfait.

Lisez tout d'abord le texte 

"Complainte amoureuse

Oui dès l'instant que je vous vis

Beauté féroce, vous me plûtes

De l'amour qu'en vos yeux je pris

Sur-le-champ vous vous aperçûtes

[…]

Ah ! Fallait-il que je vous voie 

Fallait-il que vous me plaisiez 

Qu'ingénument je vous le dise 

Qu'avec orgueil vous vous taisiez 

Fallait-il que je vous aime 

Que vous me  désespériez 

Et qu'enfin je m'opiniâtre 

Et que je vous idolâtre 

Pour que vous assassiniez 

Alphonse Allais (1854-1905), écrit pour Jane Avril, célèbre danseuse du Moulin Rouge et égérie du peintre Toulouse-Lautrec



Question n°1

" Complainte amoureuse "






Oui dès l'instant que je vous vis


Beauté féroce, vous me plûtes


De l'amour qu'en vos yeux je pris


Sur-le-champ vous vous aperçûtes


[...]


Ah ! Fallait-il que je vous


Fallait-il que vous me


Qu'ingénument je vous le


Qu'avec orgueil vous vous


Fallait-il que je vous


Que vous me


Et qu'enfin je


Et que je vous


Pour que vous m' assassinassiez


Corriger la question

 

Auteur de l'exercice :



Nicolas Chatré


Professeur Azurlingua

France
Enseignant pour l'école Azurlingua à Nice et concepteur pédagogique pour le site Bonjour de France. "Apprendre est toujours un voyage... et apprendre une langue est l'assurance de ne jamais voyager seul".

Licence Creative Commons Cette ressource est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution
Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.


Laissez votre commentaire web 2.0



 Commentaires