Exercices FLE gratuits

Compréhension


level Expert

Analyser et comprendre un grand texte philosophique


La leçon

Liberté  Egalité, Fraternité

Des grands mots et rien de plus ?

Depuis des siècles, intellectuels, artistes et philosophes se battent pour rendre réelles ces idées et les imposer à l'attention de tous...

Et il reste encore du chemin à faire!!

Replongeons-nous donc au coeur de l'histoire des idées et des concepts philosophiques pour constater que l'intemporel rejoint l'actualité la plus brûlante ...

Pour ce faire, quelle meilleure période que Le siècle des lumières ?

Et quel meilleur guide que Jean Jacques Rousseau, l'auteur des "Rêveries du promeneur solitaire" et de "Julie ou La nouvelle Eloïse" entre autres...? 

 

En réponse à la question suivante de l'académie de Dijon  "Quelle est l'origine de l'inégalité parmi les hommes, et si elle est autorisée par la loi naturelle ?"

Rousseau rédigea en 1755 son "Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes"

Nous en avons sélectionné ci-dessous quelques extraits marquants: lisez-les avec attention puis répondez aux questions pour dégager le sens philosophique du texte

 

Première partie

Introduction

      C'est de l'homme que j'ai à parler, et la question que j'examine m'apprend que je vais parler à des hommes; car on n'en propose point de semblables quand on craint d'honorer la vérité. Je défendrai donc avec confiance la cause de l'humanité devant les sages qui m'y invitent, et je ne serai pas mécontent de moi-même si je me rends digne de mon sujet et de mes juges.
      Je conçois dans l'espèce humaine deux sortes d'inégalité; l'une, que j'appelle naturelle ou physique parce qu'elle est établie par la nature, et qui consiste dans la différence d'âges, de la santé, des forces du corps et des qualités de l'esprit, ou de l'âme; l'autre qu'on peut appeler inégalité morale ou politique, parce qu'elle dépend d'une sorte de convention, et qu'elle est établie, ou du moins autorisée par le consentement des hommes. Celle-ci consiste dans les différents privilèges dont quelques-uns jouissent, au préjudice des autres; comme d'être plus riches, plus honorés, plus puissants qu'eux, ou même de s'en faire obéir.

      On ne peut pas demander quelle est la source de l'inégalité naturelle, parce que la réponse se trouverait énoncée dans la simple définition du mot. On peut encore moins chercher s'il n'y aurait point quelque liaison essentielle entre les deux inégalités; car ce serait demander, en d'autres termes, si ceux qui commandent valent nécessairement mieux que ceux qui obéissent, et si la force du corps ou de l'esprit, la sagesse ou la vertu, se trouvent toujours dans les mêmes individus, en proportion de la puissance, ou de la richesse: question bonne peut-être à agiter entre des esclaves entendus de leurs maîtres, mais qui ne convient pas à des hommes raisonnables et libres, qui cherchent la vérité.
      De quoi s'agit-il donc précisément dans ce Discours? De marquer dans le progrès des choses le moment où, le droit succédant à la violence, la nature fut soumise à la loi; d'expliquer par quel enchaînement de prodiges le fort put se résoudre à servir le faible, et le peuple à acheter un repos en idée, au prix d'une félicité réelle.

[...]

Seconde partie

      Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d'horreurs n'eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables: Gardez-vous d'écouter cet imposteur; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne. Mais il y a grande apparence, qu'alors les choses en étaient déjà venues au point de ne pouvoir plus durer comme elles étaient; car cette idée de propriété, dépendant de beaucoup d'idées antérieures qui n'ont pu naître que successivement, ne se forma pas tout d'un coup dans l'esprit humain. Il fallut faire bien des progrès, acquérir bien de l'industrie et des lumières, les transmettre et les augmenter d'âge en âge, avant que d'arriver à ce dernier terme de l'état de nature.

[...]

      Tant que les hommes se contentèrent de leurs cabanes rustiques, tant qu’ils se bornèrent à coudre leurs habits de peaux avec des épines ou des arêtes, à se parer de plumes et de coquillages, à se peindre le corps de diverses couleurs, à perfectionner ou à embellir leurs arcs et leurs flèches, à tailler avec des pierres tranchantes quelques canots de pêcheurs ou quelques grossiers instruments de musique ; en un mot tant qu’ils ne s’appliquèrent qu’à des ouvrages qu’un seul pouvait faire, et qu’à des arts qui n’avaient pas besoin du concours de plusieurs mains, ils vécurent libres, sains, bons, et heureux autant qu’ils pouvaient l’être par leur nature, et continuèrent à jouir entre eux des douceurs d’un commerce indépendant : mais dès l’instant qu’un homme eut besoin du secours d’un autre ; dès qu’on s’aperçut qu’il était utile à un seul d’avoir des provisions pour deux, l’égalité disparut, la propriété s’introduisit, le travail devint nécessaire, et les vastes forêts se changèrent en des campagnes riantes qu’il fallut arroser de la sueur des hommes, et dans lesquelles on vit bientôt l’esclavage et la misère germer et croître avec les moissons.

      La métallurgie et l’agriculture furent les deux arts dont l’invention produisit cette grande révolution. Pour le poète, c’est l’or et l’argent, mais pour le philosophe ce sont le fer et le blé qui ont civilisé les hommes, et perdu le genre humain ; aussi l’un et l’autre étaient-ils inconnus aux sauvages de l’Amérique qui pour cela sont toujours demeurés tels ; les autres peuples semblent même être restés barbares tant qu’ils ont pratiqué l’un de ces arts sans l’autre ; et l’une des meilleures raisons peut-être pourquoi l’Europe a été, sinon plus tôt, du moins plus constamment, et mieux policée que les autres parties du monde, c’est qu’elle est à la fois la plus abondante en fer et la plus fertile en blé.[...]

Bonne lecture et bonne reflexion philosophique!!


Exercice n°1 : Compréhension Première partie

Aide : Après avoir analysé le texte, répondez aux questions.


Question n°1

 Combien de formes d'inégalité Rousseau distingue-t-il dans son introduction ?

Corriger la question

Question n°2

En quoi réside la différence entre ces concepts ?

Corriger la question

Question n°3

Quel exemple Rousseau propose-t-il de la seconde forme d'inégalité ?

Corriger la question

Question n°4

Pourquoi Rousseau ne cherche-t-il pas à analyser l'origine de l'inégalité naturelle ?

Corriger la question

Question n°5

Quel moment dans l'histoire de l'homme Rousseau va-t-il chercher à identifier ?

Corriger la question

Question n°6

Quel paradoxe cherchera-t-il à expliquer ? 

Corriger la question

 


Exercice n°2 : Compréhension Deuxième partie

Aide : Après avoir analysé la deuxième partie du texte, répondez aux questions.


Question n°1

Au début de la seconde partie, sur qui Rousseau fait-il porter la faute du dévoiement de l'humanité?

Corriger la question

Question n°2

Quelle action symbolique Rousseau évoque-t-il pour illustrer ce moment??

Corriger la question

Question n°3

Ce premier propriétaire est-il vraiment à l'origine du problème exposé par Rousseau ?

Corriger la question

Question n°4

Quelle phrase du texte justifie cette affirmation?

Corriger la question

Question n°5

Comment Rousseau explique-t-il la liberté des premiers hommes ?

Corriger la question

Question n°6

A partir de quel moment l'égalité a-t-elle été mise en péril?

Corriger la question

Question n°7

Quels changements sociaux sont alors apparus? 

Corriger la question

Question n°8

Quelles activités en particulier ont causé ces changements? 

Corriger la question

Question n°9

Quelle est la raison invoquée par Rousseau pour expliquer, à son époque, les changements sociaux en l'Europe plus intenses que dans d'autres parties du monde ?

Corriger la question

 

Auteur de l'exercice :



Nicolas Chatré


Professeur pour Azurlingua et concepteur pédagogique.

France
Enseignant pour l'école Azurlingua à Nice et concepteur pédagogique pour le site Bonjour de France. "Apprendre est toujours un voyage... et apprendre une langue est l'assurance de ne jamais voyager seul".

Licence Creative Commons Cette ressource est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution
Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Exercices sur le même thème

N° 26 - 670 Compréhension / Expert level

» Comprendre le texte d'une chanson française, niveau C1

Vous aimez la chanson française? Voici un nouveau chanteur aux textes poétiques dans la pure tradition française... Améliorez votre compréhension ora...

Commencer
N° 45 - 564 Compréhension / Expert level

» Vous êtes menacé de licenciement?

En cas d'éventuel licenciement, le code du travail vous protège; encore faut-il le connaître ... et le comprendre!

Commencer
N° 20 - 463 Compréhension / Expert level

» Lire et comprendre une interview en français, niveau C1

Si vous vous êtes toujours demandé à quoi sert un agent artistique, lisez notre entretien avec Marie Planchard de l'agence \"A gages\".

Commencer


Laissez votre commentaire web 2.0



 Commentaires